Accueil Carte du Monde Armoirie du Monténégro

Kotor

Le Tour du Monde en 80 ans - GBrisse

Kotor : Perle du Monténégro aux senteurs vénitiennes

Les Bouches de Kotor sont la région la plus visitée du Monténégro. C'est d'ailleurs autour de cette baie que nous avons concentré l'essentiel de nos visites. Comme son nom l'indique, la ville la plus emblématique des Bouches de Kotor est... Kotor ! Sa vieille ville est adossée à la montagne et sertie par des remparts faisant face au port. Longtemps sous la domination de Venise, Kotor a conservé de nombreux palais qui ajoutent à la ville un charme tout particulier. Elle a conservé aussi ses influences gastronomiques et quelques traditions masquées.

Le plus grand de nos plaisirs pendant cette semaine de voyage de noces était de déambuler dans Kotor et de nous perdre dans son labyrinthe de ruelles pavées étroites... En traversant la magnifique Porte de la Mer, l'une des trois portes permettant l'accès à la vieille ville, nous sommes arrivés sur l'une des nombreuses placettes. Face à nous, au pied de la tour de l'horloge, se dresse un obélisque à la place duquel se trouvait autrefois un pilori ! Kotor ne comporte pas moins d'une quinzaine d'édifices religieux, églises, monastère ou cathédrale et d'une dizaine d'anciens palais vénitiens. Impossible de tout découvrir dans cette ville. Alors, nous avons marché, flâné, déambulé le nez en l'air, à plusieurs reprises, à découvrir de nouveaux monuments, à admirer encore ceux que nous avions déjà vus la veille, à caresser les nombreux chats qui se dorent au soleil... C'est ainsi qu'on découvre le mieux Kotor.

Parmi les lieux les plus remarquables dans cette ville remarquable, la cathédrale Saint Tryphon est un symbole de la ville. L'étage se visite aussi. On peut y voir de nombreux trésors et reliques. Depuis le balcon, sous la rosace, on a une jolie vue sur la place.
L'église Saint Nicolas dispose de remarquables tableaux, sombres dans leurs cadres dorés, qui lui donnent une ambiance grave et élégante. Sur la même place, l'église Saint Luc contraste par sa toute petite taille et sa sobriété.
À l'intérieur de la collégiale Sainte Marie, on remarque un cercueil de verre dans lequel repose la bienheureuse Hosanna de Kotor.

Comme nous étions en grande forme, nous nous sommes payé l'ascension des remparts de Kotor jusqu'à la forteresse Saint Jean. Il nous a fallu foulé les 1350 marches pour atteindre la forteresse ! Si l'entretien de cette dernière laisse complètement à désirer et son état est un peu décevant, à 260 m au-dessus du niveau de la mer, la vue sur la baie et sur la ville est imprenable !

À Kotor, les chats ont même leur musée ! Réservé aux fous de félins, le Musée des chats ne nous apprend rien à leur sujet, mais la collection d'objets en tous genres (pièces de monnaie, timbres, cartes téléphoniques, jeux de société, gravures anciennes...) à leur effigie est assez atypique !

Nous logions aux Apartments Kristina à Dobrota, à 4 km seulement au dessus de Kotor. Bien pratique, nous pouvions alors visiter cette perle du Monténégro chaque fois que nous le souhaitions.
Où manger à Kotor ? Pour le déjeuner nous prenions généralement une généreuse part de pizza (2 €) et la bière locale Niksicko sur la place Saint-Luc. Pour le dîner, nous nous sommes faits 4 ou 5 fois le petit plaisir de manger à l'Astoria, sur la Place de la Farine (Trg od Brasna). Nous vous recommandons fortement les pâtes monténégrines (avec jambon fumé et fromage local) et le risotto à l'encre de seiche ! Hummm ! Un régal, le service est impeccable et en plus les prix sont très raisonnables !

Découvrez Kotor avec la galerie-photos ci-dessous et n'hésitez pas à laisser vos impressions en commentaire !

Quelques info en vrac :

La Porte de la Mer est l'entrée principale de la ville. On y retrouve la date de la libération de la ville de l'occupation nazi (21 novembre 1944), une citation de Tito et les armoiries de la Yougoslavie.

Édifiée au XIIe siècle, la cathédrale Saint Tryphon a été reconstruite plusieurs fois suite aux séismes. En 1667, sa façade a été entièrement détruite. Le retable de vermeil sculpté est le trésor le plus précieux de la ville.

Sous domination vénitienne pendant plus de trois siècles (1420-1797), on retrouve les symboles de la Sérénissime, notamment le lion ailé de Saint-Marc, à plusieurs endroits de la ville qui s'appelait alors Cattaro.

L'église Saint-Luc a possédé entre 1657 et 1812 deux autels, un catholique et un orthodoxe, pour une utilisation à tour de rôle.

La Région historico-culturelle et naturelle de Kotor a été inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1979. Elle englobe la vieille ville de Kotor, les fortifications de Kotor et l'intérieur de la Baie de Kotor.

Liens utiles :

Armoiries de Kotor


Réservez vos activités avec Civitatis :