Accueil Carte du Monde armoiries de polynesie

Huahine

Le Tour du Monde en 80 ans - GBrisse

Drapeau de Huahine

Carte de Huahine

Huahine : l'île sauvage

L'"île sauvage"... Quel surnom aurait pu mieux décrire l'île de Huahine ?! Trois fois plus grande en superficie que Bora-Bora, Huahine est une île discrète et authentique qui ne reçoit que peu de touristes. Tant pis pour eux, car c'est vraiment une très belle île, pleine de ressources, de mystères et de charme, incroyablement propre et calme. Ses paysages sont à couper le souffle ! Huahine se compose de 2 îles : Huahine Nui et Huahine iti.

J'ai découvert Huahine du 25 au 27 janvier 2006. J'ai passé les 2 nuits dans une pension de famille : "Fare Iitta". Pas de bord de plage de sable blanc, mais un havre de paix sur la colline, au milieu des arbres fruitiers, des fleurs et des herbes aromatiques... Le propriétaire du Fare Iita aura aussi été mon guide pendant ce séjour. J'ai pu découvrir grâce à lui quelques uns des nombreux marae de l'île, notamment le marae Rauhuru de Maeva, qui offre une reconstitution de ce que pouvait être un marae au temps de leur apogée et le marae matairea de Rahi qui offre une magnifique vue sur une partie du lagon. J'ai aussi caressé les énormes anguilles sacrées de Faie, dont les yeux bleus clairs vous laisseront sans voix !

Quelques info en vrac :

Huahine est aussi appelée "l'île de la femme", car elle a toujours été gouvernée par des reines.

Jusqu'à la fin du XIXe siècle, Huahine était un royaume indépendant, aussi appelé royaume de Huahine et Maia'o. Selon la tradition, trois principales dynasties s'y sont succédé. Alors que les îles du Vent sont devenues colonie française dès 1880, les îles Sous-le-Vent restent indépendantes jusque dans les années 1890. Le royaume de Huahine et Mai'ao est annexé en 1895 et rattaché aux Établissements français de l'Océanie en 1897. Son histoire se confond dès lors avec celle de Tahiti.

Le peintre et chanteur Bobby Holcomb a participé à l’éveil et la renaissance culturelle du peuple Māohi grâce aux arts tels que le théâtre et la danse, la musique et le chant, la peinture. Plus connu par sa musique que par sa peinture Bobby n'en reste pas moins un peintre renommé. Son admiration et son respect pour la tradition et la culture polynésienne ainsi que sa connaissance de la langue tahitienne l'emmènent à travers les mystères, contes et histoires des îles qu'il rend visibles dans de splendides tableaux hauts en couleurs. Bobby Holcomb était investi dans un mouvement identitaire qui est devenu peu à peu une révolution culturelle dénonçant entre autres les abus de la colonisation, l’intrusion atomique et la perte des valeurs spirituelles. Il s'employait aussi à l'entretien des marae.